Edition du jeudi 23 novembre 2017

EgyptAir : des incidents avant le crash ?

Selon une info de France 3, l’A 320 qui s’est abîmé en mer dans la nuit du 18 au 19 mai, avait dû se poser en urgence à trois reprises au cours des 24 heures précédant l’accident, révélant des anomalies à bord. Plusieurs experts ont émis des doutes sur cette information.

Capture.JPG egypAirL’Airbus A 320 d’EgyptAir qui a disparu en mer dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 mai, a été contraint de faire demi-tour et de se poser en urgence à au moins trois reprises au cours des 24 heures précédant le crash, affirme France 3. L’avion venait d’effectuer six rotations [entre Asmara (Erythrée), Le Caire (Egypte), Tunis (Tunisie) et Paris] quand il a subitement disparu des écrans radars.

Anomalies à bord

Au cours de ces différentes rotations entre les 18 et 19 mai, les systèmes d’alerte signalant une anomalie à bord se sont déclarés peu après le décollage de trois aéroports où l’Airbus avait fait escale. Ces procédures d’alerte ont occasionné à chaque fois une vérification technique au sol qui s’est révélée négative, précise France 3, puisque l’appareil a pu redécoller et poursuivre sa route au-dessus de la Méditerranée.

Ces données techniques ont eté signalées par le système Acars. Ce dispositif enregistre les messages codés entre un avion et le sol, au cours d’un vol. Ce système crypté aurait détecté plusieurs incidents techniques à bord de l’appareil au cours des dernières rotations. On en ignore pour l’instant la nature exacte. Mais l’une des boites noires repérées hier par un bateau de la marine pourrait enfin, si elle est repêchée sans dommages, révéler la nature des incidents et l’origine de l’accident.

Lire Aussi