Edition du lundi 16 juillet 2018

Camille Blanc présidente d’Amnesty International France

Camille Blanc a été élue présidente d’Amnesty International France lors de l’Assemblée générale qui vient de s’achever à Strasbourg ce dimanche après deux jours de rencontres, de débats et de mobilisation sur les orientations de l’organisation et les enjeux de promotion et de défense des droits humains en France et dans le monde.

amnestyElle sera secondée par Cécile Coudriou et Bernard Forlot, élus vice-présidents. Alain Lesturgez devient trésorier, Jean-François Chevallier, Bertrand Humbert-Labeaumaz, Jean-Louis Jégo, Sébastien Kerebel, Sandrine Lerma, Martine Monti, Francis Perrin et Nadia Rabhi complètent le Conseil d’Administration, instance dirigeante de l’association.

Originaire de Grenoble et membre d’Amnesty International France depuis 10 ans, Camille Blanc, 32 ans, est consultante en systèmes d’information. Ayant d’abord rejoint les équipes militantes étudiantes de l’association, elle fait partie depuis 4 ans du CA, dont deux ans comme vice-présidente.

« Je souhaite poursuivre le développement d’Amnesty International France en termes d’influence et d’impact, a déclaré Camille Blanc, afin de faire avancer les droits humains aussi bien au niveau national qu’international. Parmi nos principaux défis, la protection des réfugiés à travers une campagne nationale, « Des visas pour les réfugiés », qui deviendra mondiale avec le Sommet qui se tient en septembre à l’ONU. L’organisation sera particulièrement vigilante en cette année électorale et demandera des garanties aux différents candidats notamment en termes de libertés individuelles ».
L’Assemblée générale a rassemblé les 11 et 12 juin 2016, au Palais de la musique et des congrès de Strasbourg, plus de 450 membres venus de toute la France.

Retour sur les temps forts de l’AG

Protection des réfugiés

Samedi soir, plus de 400 personnes ont traversé Strasbourg sous l’appel « Des visas pour les réfugiés », campagne pour permettre aux milliers de personnes qui fuient les conflits et la persécution au péril de leur vie d’avoir accès aux routes sécurisées et légales existantes. Lien vers l’action.
Cette grande marche s’est achevée place de la Liberté de Penser et d’Expression où se sont tenus les concerts de Serge Bringolf, Papyros’N, Kidan et Blind Alley, des prises de paroles de représentants d’associations et de mouvements citoyens.
Temps de discussion et de décision, la rencontre a bénéficié de la présence de militants, de témoins et de défenseurs des droits humains qui ont apporté analyses pertinentes et récits poignants. À l’image de Matthieu Birker, conseiller auprès du Commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, sur le travail mené à l’échelle institutionnelle européenne, ou de Freddy Atangana, jeune militant originaire de Nevers, qui a témoigné de sa mission dans les camps de Grande-Synthe et Calais. À souligner également, la présence des représentants d’Amnesty International au Mexique, en Allemagne, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et au Danemark.

Non à un régime d’exception permanent

Parmi les différents temps d’échange, les témoignages de l’avocate Maria Dosé, de Yasser Louati, porte-parole du Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF) et du chercheur d’Amnesty International, Marco Perolini, ont apporté un éclairage important sur les atteintes aux libertés individuelles au nom de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. En mai, l’état d’urgence a été prolongé une troisième foNon à un régime d’exception permanentis jusqu’à la fin juillet pour couvrir les rencontres de l’Euro de football et le Tour de France cycliste. www.amnesty.fr/etat-urgence

Créée en 1961, Amnesty International est un mouvement mondial et indépendant de plus de 7 millions de membres et sympathisants qui œuvrent pour le respect, la défense et la promotion de tous les droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. Amnesty International a reçu le Prix Nobel de la paix en 1977. Amnesty International France (AIF) a été créée en 1971. Son financement repose sur la générosité du public (260 000 donateurs), sur les ventes de produits de soutien et les cotisations de 60 000 membres. AIF est agréée par le Comité de la charte du don en confiance.

Lire Aussi