Edition du samedi 21 octobre 2017

Manifestation contre la loi Travail

Mouvement de grève des cheminots de la SNCF contre la réforme ferroviaire.

Mouvement de grève des cheminots de la SNCF contre la réforme ferroviaire.

C’est la première journée de mobilisation depuis un an. A l’appel de la CGT mais aussi de la FSU, de l’UNEF et de quelques mouvements de jeunes, 180 manifestations sont prévues dans tout le pays et 4.000 appels à la grève ont été lancées. Il s’agit, pour Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, d’une mobilisation « contre la régression sociale » et contre cette « loi travail XXL ».
Après la présentation des cinq ordonnances portant réforme du code du Travail, le 31 août, les syndicats sont divisés sur la réponse à apporter au gouvernement. La CFDT et FO ont décidé de ne pas s’associer à cette journée de mobilisation.
Reste que le risque est grand pour ces centrales syndicales « réformistes » d’être dépassées par leur base. Car une grande majorité des salariés et, plus généralement des Français, rejettent le principe de cette réforme qui fait la part belle aux entreprises. Sous prétexte qu’elles pourront licencier plus facilement, elles devraient embaucher plus facilement selon une logique qui reste à démontrer.

Deux autres journées de mobilisation

La grogne sociale mais aussi politique depuis l’élection d’Emmanuel Macron à l’Elysée, en juin dernier, ne cesse d’augmenter en réaction aux mesures prises par le nouveau gouvernement : baisse des APL, hausse de la CSG, gel de la rémunération des fonctionnaires, coup de rabot sur la dotation aux collectivités locales, baisse du nombre des emplois aidés…
Cela fait beaucoup de mécontents et de bonnes raisons d’aller grossir les rangs des manifestants de ce mardi. Cette première journée de colère sera donc un test pour les syndicats et pour les partis politiques d’opposition fortement ébranlés après leur cuisant échec électoral du printemps dernier.
D’autres journées de mobilisation sont prévues, notamment les 21 septembre (encore à l’appel de la CGT) et le 23 septembre (à l’appel du parti de Jean-Luc Mélenchon, La France Insoumise).

Promesses électorales

La dernière journée de mobilisation de la CGT , c'était il y a un an.

La dernière journée de mobilisation de la CGT , c’était il y a un an.

Quelle que soit l’ampleur de la mobilisation, le 12, le 21 et le 23 septembre, le président de la République n’entend rien céder de la réforme du code du Travail. Il l’a dit et répété : il appliquera cette réforme contenue dans son programme électoral : plafonnement des indemnités prud’homales, fusion des instances représentatives, réforme du compte pénibilité… Il tiendra toutes ses promesses.
Le président a montré sa détermination, vendredi dernier, depuis la Grèce où il était en voyage officiel : « Je ne cèderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes » qui se dressent contre la loi Travail.
D’aucuns ont vu dans ces propos outranciers une véritable provocation.

Marcel GAY