Edition du mardi 26 septembre 2017

Cyberattaque : du jamais vu jusqu’ici !

De nombreux pays ont été touchés et de grandes entreprises sont à l’arrêt dont plusieurs sites de production Renault.

Une rançon réclamée dans 28 langues

Une rançon réclamée dans 28 langues

Une cyberattaque géante a ciblé de nombreux pays dans le monde et perturbé des centaines de grandes entreprises, vendredi 12 et samedi 13 mai 2017.
Europol, l’Office européen de la police, a publié un communiqué sur son site en précisant qu’il s’agit bien d’une attaque planétaire et qu’il collabore avec toutes les unités de lutte contre la cybercriminalité pour tenter d’endiguer les effets catastrophiques de cette attaque.

Paiement d’une rançon

De quoi s’agit-il ? Des hackers mal intentionnés utilisent un logiciel malveillant appelé WCry, WannaCry, WanaCrypt0r, WannaCrypt ou Wana Decrypt0r pour s’introduire dans les ordinateurs. Ensuite, ils pillent vos données et bloquent vos machines. D’où leur nom de « ransomwares » (« rançongiciels » en français) qui promettent de libérer vos données contre le paiement d’une rançon. Voilà pourquoi on parle de piratage.

Les victimes n’ont que trois jours pour envoyer le paiement en bitcoins si elles ne veulent pas voir la rançon doubler. Les fichiers seraient supprimés des ordinateurs au bout de 7 jours.
Des dizaines de milliers d’ordis ont été piratés vendredi. Des hôpitaux, des banques, de grandes entreprises ont été attaquées.
Au Royaume-Uni, c’est le système de santé publique NHS (National Health Security) qui est gravement perturbé.
En Espagne et au Portugal, ce sont des opérateurs téléphoniques qui ont été touchées.
En Russie, c’est le ministère de l’Intérieur qui est touché ainsi que la plus grande banque du pays.
En France, le groupe Renault a confirmé à l’AFP avoir été « touché » par cette attaque d’une ampleur sans précédent. Conséquences : plusieurs sites de production du groupe automobile ont été mis à l’arrêt afin d’éviter une propagation du virus.

Volé à la NSA

75 000 attaques dans 28 langues, selon Jakub Kroustek 'Avast)

75 000 attaques dans 28 langues, selon Jakub Kroustek ‘Avast)

Ce samedi 13 mai 2017, plus de 75 000 attaques dans 28 langues ont été recensées dans 99 pays, a indiqué Jakub Kroustek, de la société de sécurité informatique Avast.
Selon les premiers éléments de l’enquête, l’outil utilisé par les pirates informatiques proviendrait d’un logiciel volé à l’Agence nationale de sécurité américaine NSA, croit savoir le New York Times. Les virus se répandent via une famille dans Microsoft.
Mais pour l’heure on ignore qui est derrière cette énorme cyberattaque.

E.L.

 

 

Lire Aussi