Edition du dimanche 19 novembre 2017

Mutations agricoles : retour sur le colloque du CESER à la Foire de Châlons

Temps fort de la vie économique et politique dans le Grand Est à la fin de l’été, la Foire de Châlons-en-Champagne rassemble chaque année plus de 250 000 visiteurs et 800 exposants. Cette 70ème édition a donné l’occasion au CESER, seconde assemblée régionale, d’organiser un colloque consacré aux mutations agricoles.

ceser-colloque-foire-

salle comble au colloque organisé par le CESER (DR)

Ce dernier s’est tenu le 30 août dernier et a rassemblé quelque 300 acteurs et décideurs du Grand Est qui se sont interrogés sur l’avenir de notre agriculture.
Comment l’agriculture de demain se préoccupera de nourrir la population tout en luttant contre les changements climatiques et en contribuant à la préservation des ressources ? Comment créer, recréer et/ou maintenir des contrats de confiance entre producteurs et consommateurs ? Entre la Société et ses agriculteurs ? Voici d’une manière générale les interrogations auxquelles le CESER et ses interlocuteurs ont tenté de répondre au travers d’un après-midi de débats, dans un contexte agricole marqué par de multiples évolutions : besoins du consommateur, comportements de consommation, différents cadres législatifs et règlementaires au niveau national et européen, accords internationaux ou encore nouveaux modes de production.

Deux tables rondes

En présence notamment d’Anne Sander, députée européenne, Pascale Gaillot, présidente de la commission Agriculture et Forêt du Conseil régional, Xavier Beulin, Président de la FNSEA, et Jacques Garau, Secrétaire général pour les Affaires régionales et européennes de la région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, deux tables rondes rassemblant l’ensemble des parties prenantes du monde agricole et de l’Environnement ont rythmé l’événement.
La première, dédiée aux mutations sociétales et environnementales, a permis aux différents intervenants de distinguer les nouvelles demandes sociales vis-à-vis du monde agricole, des contraintes qui pèsent sur celui-ci et de la crise identitaire qui le touche face aux exigences environnementales, à celles des consommateurs, et aux aléas du marché.
La seconde table ronde était axée sur les mutations technologiques et professionnelles. Les participants ont ainsi insisté sur les valeurs d’innovation à diffuser auprès des exploitants agricoles, pour engager des pratiques agraires durables, respectueuses de l’environnement et rentables économiquement, comme l’agroécologie et les cultures sans labours, par exemple.

« Une triple performance »

Les participants présents hier au colloque se sont ainsi accordés sur un point : la nécessité de modifier les pratiques agricoles actuelles en faveur d’un plus grand respect de l’environnement, faisant ainsi écho au discours de Patrick Tassin, Président du CESER, en introduction de l’événement : « L’agriculture doit être multifonctionnelle, plus à même d’intégrer les préoccupations environnementales, tout en dégageant des marges suffisantes et en permettant d’apporter un revenu suffisant aux agriculteurs. […] Il s’agit bien d’une triple performance de l’agriculture durable, à la fois économique, sociale et environnementale, et chacun comprendra que le CESER se sent particulièrement concerné par ce sujet ».

Ces débats riches, et parfois contradictoires sont effectivement pour le CESER une source d’inspiration, qu’il compte bien mettre à profit dans le cadre de futurs travaux, tant ces enjeux agricoles et environnementaux sont prégnants dans le Grand Est.

L.W.

Lire Aussi