Edition du mardi 23 janvier 2018

Grèves : le mouvement se durcit !

A dix jours de l’ouverture de l’Euro 2016 de football, la situation ne s’améliore pas sur le front des revendications sociales. Le retrait de la loi Travail n’est pas le seul point d’achoppement entre le gouvernement et les syndicats.

Capture.JPG sncfLe gouvernement aurait-il exercé « des pressions » sur la SNCF pour qu’elle lâche un peu de lest aux syndicats ? Le secrétaire d’Etat aux Transports, Alain Vidalies s’en défend lors que la CFDT prétend que le gouvernement a « forcé la main de l’entreprise ». En tout cas, la CFDT ne participera pas au mouvement.
Reste que la grève annoncée à partir de ce mardi soir, à l’appel de la CGT, Sud, UNSA est maintenue pour une durée illimitée ! Conséquences : 40% des Transiliens, la moitié des TER et deux TGV sur trois circuleront mercredi. Il s’agit de la huitième journée de grève en trois mois !

La colère des cheminots

Le retrait de la loi El Khomri n’est pas la seule revendication des grévistes. Ce sont essentiellement des revendications internes aux sociétés de transports qui nourrissent la colère des cheminots et autres agents des transports : réorganisation du travail, le temps de repos, la pause casse-croûte, les salaires….
D’autres mouvements sociaux vont affecter les transports dans les prochains jours. A commencer par la RATP, à compter de jeudi. Puis dans le secteur des transports aériens, de vendredi à dimanche. Là encore ce n’est pas l’opposition à la loi El Khomri qui nourrit les rancoeurs mais bien des revendications internes portant sur la baisse des effectifs et les salaires.
Si l’approvisionnement des stations-service en carburant semble s’améliorer sensiblement, la menace plane toujours d’un nouveau blocage des raffineries et des dépôts à l’approche d’un nouvel examen du texte de la loi Travail à l’Assemblée.
A dix jours de l’Euro de football, le conflit entre le gouvernement et les syndicats est toujours aussi violent.

E.L.

Lire Aussi