Edition du dimanche 24 juin 2018

Solaris : un labo pour relancer l’énergie solaire

L’IJL et Viessmann reçoivent un nouveau soutien de l’ANR pour améliorer les performances des capteurs solaires thermiques

L'entreprise Viessmann de Faulquemont associée à l'Université Lorraine (photo site de l'entreprise)

L’entreprise Viessmann de Faulquemont associée à l’Université Lorraine (photo site de l’entreprise)

La collaboration de longue date entre l’Institut Jean Lamour (IJL) et l’entreprise Viessmann de Faulquemont, spécialisée dans les solutions de chauffage, a pris la forme, d’un « Laboratoire Commun » appelé SOLARIS, destiné à redynamiser le marché du solaire thermique. Ce dispositif de « LabCom », financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), a accompagné la mise au point d’une nouvelle génération de capteurs dits thermochromes à base d’oxyde de vanadium permettant une régulation thermique du capteur. Cette innovation, brevetée sous le nom Thermprotect et développée en partenariat avec l’ADEME représente 90-95% de la production de panneaux solaires thermiques chez Viessmann.

Transfert de technologie

Ce Laboratoire Commun a permis à l’IJL de recruter le personnel nécessaire au projet. L’IJL a par ailleurs pu s’équiper d’un four de traitement thermique ainsi que d’un banc solaire, afin de synthétiser et de tester les conditions réelles d’utilisation du produit, quelle que soit la saison. Enfin, une nouvelle machine de dépôt par pulvérisation cathodique connectée au tube sous ultravide de l’IJL, a été mise en place et développée dans le cadre du LabCom, pour passer de la taille de l’échantillon de laboratoire à l’échantillon semi-industriel. Cela a facilité le transfert de technologie vers l’usine Viessmann à Faulquemont.
Face à ces succès, l’ANR a décidé de consolider SOLARIS en injectant 62 500 euros de subvention supplémentaire sur une durée de 18 mois (à compter du 1er avril 2018) pour développer deux axes principaux :

-l’amélioration de la résistance à la corrosion des capteurs solaires pour une installation en bord de mer,
-l’optimisation de la régulation thermique du capteur en ayant recours à un nouveau matériau thermochrome.

L’objectif est de mettre au point des innovations à même de relancer les ventes de capteurs solaires thermiques qui subissent depuis plusieurs années la concurrence notamment du photovoltaïque.

L’Institut Jean Lamour

Est un laboratoire de recherche public en Science des Matériaux sous tutelle du CNRS et de l’Université de Lorraine. Ses 6 grands domaines de recherche sont : les matériaux, la métallurgie, les nanosciences, les plasmas, les surfaces et l’électronique. Avec 550 membres répartis à Nancy, Metz et Epinal, l’Institut Jean Lamour constitue un pôle de recherche d’envergure internationale dans son domaine. Il terminera en 2018 le regroupement de la majeure partie de ses équipes dans un bâtiment neuf sur le campus Artem à Nancy.

L’Université de Lorraine est un établissement public d’enseignement supérieur composé de 10 pôles scientifiques rassemblant 60 laboratoires et de 9 collégiums réunissant 43 composantes de formation dont 11 écoles d’ingénieurs. Elle compte près de 7 000 personnels et accueille chaque année plus de 60 000 étudiants. Retrouvez toute l’actu de l’UL sur factuel.univ-lorraine.fr et sur theconversation.com/institutions/universite-de-lorraine

Lire Aussi