Edition du lundi 22 janvier 2018

Ce qui change au 1er janvier 2018

Voiture, chauffage, salaires…. A compter de ce 1er janvier 2018 quelques changements vont modifier nos habitudes. Voici les principales.

Le forfait post-stationnement à géométrie variable

Le forfait post-stationnement à géométrie variable

Automobile.
La réforme du stationnement payant rentre en vigueur dès ce 1er janvier. Pour les mauvais payeurs, le traditionnel PV sur le parebrise, la légendaire ‘’prune’’ à 17 € disparaît. Elle est remplacée par un Forfait Post-Stationnement (FPS) dont le montant est fixé non plus par l’Etat mais par chaque commune. A la hausse ou à la baisse.
A Nancy, on joue la modération pour ne pas faire fuir les automobilistes qui viennent faire leurs courses au centre-ville. Le FPS est fixé à 15 € dans l’hyper centre et 10 € en périphérie.
Mais ce n’est pas le cas partout. A Lyon, ce sera 60 € et 50 € à Paris. A Metz : 15 € i on paie tout de suite, sinon 30 €. Même chose à Thionville. A Strasbourg, on reste à 17 € pour une prune payée rapidement (72 €) sinon, il en coûtera 35 €. A Reims, 25 €.
Autre ‘’nouveauté’ : le prix des carburants. Le gazole augmente de 7,6 centimes par litre à la pompe et de 3,8 centimes/litre pour l’essence. Le gouvernement veut aligner la fiscalité du gazole sur celle de l’essence d’ici 2021.
Energie. Les tarifs réglementés du gaz naturel augmentent en moyenne de 6,9%. Mais le chèque énergie va aider 4 millions de ménages en situation de précarité à payer leurs factures. D’un montant moyen de 150 euros, il sera versé au printemps.

Santé. Jeu de yoyo pour le tabac dont le prix de certains parquets va baisser en janvier mais toutes les marques augmenteront de 1,10 € le parquet au printemps.
Vaccin : onze vaccins deviennent obligatoires contre trois jusqu’ici pour les enfants nés après le 1er janvier 2018. S’ajoutent coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque et méningocoque C. Ils seront indispensables en collectivité (crèche, école…).

Les retraités pénalisés

Revenus. Les salariés verront le Smic augmenter de 1,24% pour atteindre 1.498,47 euros brut par mois (contre 1.480,30 euros en 2017).
La CSG augmente de 1,7 point mais les cotisations salariales reculent de 2,25 points (3,15 points à partir du 1er octobre 2018). Ce qui va permettre aux salariés de gagner un peu en pouvoir d’achat. Mais les retraités, eux, seront pénalisés puisqu’ils ne bénéficieront pas de la baisse des cotisations qui profitera aux seuls salariés.
Revalorisation des allocations, jour de carence rétabli pour les fonctionnaires, fin (en deux temps) du RSI pour les indépendants.

Epargne. Mise en place d’un prélèvement forfaitaire unique de 30% est mis en place sur les revenus mobiliers, à l’exception du Livret A, du PEA (épargne en actions), des contrats d’assurance-vie de moins de 150.000 euros et gardés plus de huit ans. Les plans épargne-logement (PEL) ouverts à partir de janvier y seront donc soumis.

Forfait hospitalier : il augmente de deux euros pour passer à 20 euros par jour, une dépense prise en charge par les complémentaires santé pour ceux qui en disposent.
Bonne année quand même !

E.L.

Lire Aussi