Edition du lundi 22 janvier 2018

La montagne tout schuss

La saison 2017-2018 à la montagne démarre sous de très bons auspices : + 8 pts sur les taux d’occupation à Noël !

Les communes de montagne ont des charges spécifiques (INA)

Les communes de montagne ont des charges spécifiques (INA)

Alors que les vacances de Noël débutent à la fin de cette semaine, l’Observatoire National des Stations de Montagne ANMSM – Atout France, présente la photographie des taux d’occupation prévisionnels pour la fin de l’année et les premières estimations sur l’ensemble de la saison. Une saison qui s’ouvre par des résultants très engageants pour la semaine de Noël.

Les très bonnes perspectives des vacances de Noël.

Au global, les taux d’occupation prévisionnels pour les vacances de Noël marquent une progression substantielle de près de 8 points par rapport à l’an passé, quels que soient les massifs ou les types d’hébergements pour s’établir entre 57 et 68 % selon les massifs. L’opération « En montagne, Noël est magique » de France Montagnes qui met en avant les offres avantageuses et diverses animations de la période semble avoir trouvé un bel écho auprès des Français.

Pour cette fin d’année 2017, les demandes de séjours à la montagne se concentrent prioritairement sur la semaine de Noël. Une dynamique qui s’explique notamment par le calendrier des congés scolaires. Toutefois, les tendances de ces taux divergent selon les massifs : respectivement 4 et 9 points de plus pour les Alpes du Nord et du Sud et un recul de 3 points pour les Pyrénées par exemple. Les conditions pour les vacances de fin d’année étant nettement plus favorables cette année, les réservations en Pyrénées devraient finalement tendre à minima à une stabilité, voire une hausse.

Près de 7 logements sur 10 sont réservés pour la semaine de Noël. Dans le détail sur les massifs, près de 2 logements nord-alpins sur 3 font actuellement l’objet d’une réservation, soit 8 points de plus que l’an passé. Dans les Alpes du Sud, l’augmentation représente 10 points de plus qu’en 2016.

Les progressions de réservations entre les deux semaines fluctuent en fonction des hébergements avec de meilleurs résultats pour la semaine de Noël : + 14 points pour les résidences de tourisme, + 6 points pour les agences immobilières et + 15 points pour les villages vacances. Seules les locations effectuées entre particuliers divergent de la tendance générale, en affichant de meilleurs taux d’occupation prévisionnels pour la semaine du nouvel an que pour celle de Noël.

« L’implication de tous les acteurs de la montagne pour répondre aux besoins de la clientèle et proposer des offres sur mesure porte ses fruits pour ces vacances de fin d’année qui nous permettent d’être très optimistes sur la présence des vacanciers. Ce travail des stations doit être soutenu par un environnement propice à l’accueil des touristes français et étrangers. » indique Charles-Ange Ginésy président de l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne.

Des prévisions optimistes pour l’ensemble de la saison 2017-2018.

Les taux d’occupation prévisionnels concernant la totalité de la saison affichent une progression de près d’1 point par rapport à la saison passée.

Dans le détail les taux d’occupation prévisionnels enregistrent, au 1er décembre :
• Une progression de 7,7 points pour les vacances de Noël ;
• Une stagnation à + 0,1 point pour la période inter-vacances janvier ;
• Une hausse de 1,8 point pour les vacances d’hiver ;
• Une progression de 4,5 points pour la période inter-vacances mars ;
• Un retard de 8,7 points pour les vacances de printemps.

Sur l’ensemble de la saison, le taux d’occupation prévisionnel des logements loués entre particuliers gagne en moyenne près de 3 points par rapport à l’an passé, et jusqu’à 7 points sur certaines périodes.

Concernant la typologie des stations, celles classées « Grand Domaine » demeurent plus attractives que les plus petites stations de Charme avec des écarts de 10 points pour les vacances de Noël, 14 points pour la période inter-vacances de janvier et jusqu’à 18 points pour la période inter-vacances de mars.

La montagne française reste la destination préférée à l’international.

La France reste la destination favorite des touristes britanniques qui représentent environ un tiers des séjours. 70 % des tours opérateurs britanniques interrogés annoncent d’ailleurs une progression des réservations pour l’ensemble de la saison hivernale 2017-2018. Les Britanniques gardent une bonne perception de la destination. Ainsi, un tiers des vacanciers britanniques qui partent à la montagne lors de vacances d’hiver optent pour les massifs français et ces derniers privilégient les stations d’altitude. Les chutes de neiges actuelles pourraient dynamiser encore les réservations de dernière minute.

Au-delà des bons résultats attendus pour les vacanciers de différentes nationalités (Italiens, Espagnols, etc.), on note une reprise des réservations russes par rapport à l’année passée avec une progression comprise entre 15 et 30 % qui s’explique notamment par la stabilisation du Rouble.

Méthodologie
Résultats issues de l’étude des données de 380.000 lits enquêtés du secteur locatif et répartis sur 80 stations représentatif des massifs montagneux français (source : cabinet G2A pour Atout France – ANMSM). Cette étude a été complétée par une interrogation des bureaux Atout France à l’étranger.

Pour plus d’informations

Etude ConsoMontagne : les 18-29 ans, nouveaux clients de la montagne

 Résultats de l’enquête de l’ANMSM sur les habitudes de consommation en station

Film tourisme en montagne (capture, Baptiste Dazy)

Film tourisme en montagne (capture, Baptiste Dazy)

Alors que les stations ont ouvert leurs pistes et que la saison a débuté dans les massifs, l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM) révèle en exclusivité les résultats de l’enquête ConsoMontagne pour la seconde année. Cette étude sur six ans, permet de comprendre les habitudes de consommation et les profils des vacanciers en station. Comme l’an dernier, les chiffres confirment la fidélité des français aux massifs montagneux mais aussi leurs nouvelles habitudes de consommation et de réservation par Internet.

 Une clientèle fidèle

Depuis ces 6 dernières années, la clientèle touristique des stations de montagne est de plus en plus fidèle. En 2017, 71 % des sondés ont répondu avoir déjà passé au moins un séjour sur leur lieu de vacances auparavant, cela représente 4 points de plus qu’en 2012.
Les nouveaux vacanciers qui choisissent d’expérimenter un séjour en station sont essentiellement des jeunes âgés de 18 à 29 ans. Ils constituent une clientèle en moyenne plus jeune que les clients fidèles.
« Grâce à l’étude ConsoMontagne, l’ANMSM scrute les évolutions des modes de consommation des vacanciers. Les enseignements de cette deuxième édition confirment l’attrait de la destination montagne auprès des jeunes. Nous nous félicitons de cet enthousiasme des 18-29 ans pour la montagne. La jeunesse se trouve en effet au cœur des actions de l’ANMSM et des stations qui œuvrent au quotidien pour s’adapter aux attentes des jeunes. » commente Charles-Ange Ginésy, Président de l’ANMSM.
Les critères déterminants dans le choix de la destination de ces nouveaux clients sont la recommandation par des connaissances et la réputation. Si le bouche à oreille reste une valeur sûre, la réputation, et notamment la réputation en ligne, est un facteur d’influence très important pour la future clientèle.

Le ski comme activité principale à la montagne …

L’étude se penche également sur la pratique d’activités sportives en montagne. Le ski reste l’activité reine des vacances en montagne pour presque trois quarts des vacanciers (72 %). Parmi les activités secondaires, 23% des personnes interrogées pratiquent les raquettes. Viennent ensuite la marche (22 %), le snowboard (6 %) et le ski de fond (5 %).
Pour ceux qui ne pratiquent pas le ski en activité principale, seulement 8 % d’entre eux le pratiquent en activité secondaire.

… mais pas uniquement

Le taux des clients français n’ayant pas du tout pratiqué une activité de glisse pendant leur séjour en montagne a progressé de 4 points depuis 2012 en passant de 13 % à 17 %. Cette hausse s’explique par le vieillissement de la population française. Les clients les plus âgés ne s’adonnent plus à ce type d’activité sportive principalement par peur de se blesser (19 %) ou suite à des problèmes de santé ou de fatigue (17 %).

L’évolution des non-skieurs s’accompagne aussi par l’augmentation d’une nouvelle clientèle les « non-skieurs absolus » : 34 % des personnes interrogées ont répondu n’avoir jamais pratiqué le ski alpin ou le snowboard dans leur vie. Ce qui les attire, c’est « l’ambiance montagne », ou bien les retrouvailles en famille et entre amis, ou les deux à la fois.

Des facteurs d’attractivité différents selon les âges…

A la question « Quels sont les facteurs qui vous plaisent le plus aux sports d’hiver ? », la réponse la plus plébiscitée est la pratique du ski ou du snowboard (38 % des personnes interrogées). Il s’agit du critère numéro 1 pour les 18-24 ans et les 35-44 ans, pour qui le ski reste le principal facteur d’intérêt. Pour 33 % des sondés, la neige est un facteur d’attractivité important, on le retrouve parmi les réponses privilégiées de toutes les catégories d’âge à l’exception des 45-64 ans. Cette catégorie recherche plutôt à la montagne l’air pur (tout comme 22 % des vacanciers), les paysages et les grands espaces (23 %) et le calme (11 %) notamment pour les plus faibles revenus.

De 18 à 64 ans, les séjours en montagne sont rythmés par la pratique d’un sport. L’activité physique est mentionné comme facteur d’attractivité par 13 % des personnes interrogées et la promenade par 9 %.

23 % des vacanciers ont répondu apprécier les moments de convivialité lors de leur séjour en montagne. C’est notamment le cas des plus jeunes (18-24 ans) et des plus de 65 ans pour qui un séjour à la montagne est synonyme de retrouvailles en famille ou entre amis.

… et les budgets

En moyenne, un séjour au ski revient à 81€ par jour et par personne.
Les vacanciers français consacrent ainsi en moyenne 1 579 € à leur séjour à la montagne, pour une famille de 3 à 4 personnes et un séjour de 5 à 6 nuits (toutes dépenses confondues, y compris le transport depuis le domicile).
L’étude met également en évidence une diminution quasi-constante du budget ces dernières années de l’ordre de -0.5% par an en moyenne au cours de ces 6 dernières années.

Le web pour organiser ses vacances

L’étude montre que parmi les outils utilisés pour organiser ses vacances, Internet reste au cours des ans, un support privilégié par la clientèle; 67 % des vacanciers cherchent leur hébergement en ligne.

Un hôtel-chalet à la montagne (photo Ihn.fr)

Un hôtel-chalet à la montagne (photo Ihn.fr)

En 2012, près d’un tiers de la clientèle (65 %) utilisait Internet pour trouver son logement. Si en 2016 il a semblé que la clientèle se soit lassée du web et souhaitait à nouveau privilégier des moyens plus traditionnels (62 % d’entre eux), 2017 a marqué un vrai rebond avec une augmentation de 5 points sur l’année précédente.
37 % de la clientèle paie désormais son hébergement en ligne.
Malgré une faible diminution de ce type de transaction en 2016, la tendance est à la hausse depuis 3 ans. Ils étaient seulement 27 % à faire confiance au paiement en ligne en 2014. Cette forte augmentation est d’autant plus visible lorsqu’il s’agit d’enseignes nationales d’hébergements touristiques : 67 % de leurs réservations sont payées via Internet.
Le nombre de personne n’ayant pas recours à Internet pour organiser leur séjour reste toutefois assez stable (20 % contre 22 % depuis 2014).

 Une clientèle soucieuse de l’environnement

85 % des personnes interrogées disent se sentir concernées par les enjeux liés à l’évolution climatique bien que pour la grande majorité, cela n’influe pas sur leur choix de destination.

« L’enquête ConsoMontagne 2018 met en évidence que la préservation de l’environnement et le développement durable semblent aussi importants pour les vacanciers que pour les stations de montagne. Les maires travaillent depuis de nombreuses années sur ce sujet. En juillet dernier, l’ANMSM a ainsi lancée la dynamique CIMES durable afin de renforcer l’accompagnement proposé aux stations dans la continuité de la charte nationale en faveur du développement durable élaborée dès 2007 par l’association en partenariat avec l’ADEME et Mountain Riders. » explique Charles-Ange Ginésy.

L’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM), fédère plus d’une centaine de stations de montagne réparties sur les cinq massifs français (Alpes du Nord et du Sud, Jura, Massif Central, Pyrénées et Vosges). L’ANMSM défend auprès des Pouvoirs Publics les spécificités des stations de montagne liées à leur activité touristique. www.anmsm.fr

Lire Aussi