Edition du vendredi 22 juin 2018

Le député de l’Hérault défend le patrimoine

Dans une lettre ouverte, le député l’Hérault Philippe Huppé, lance un appel à tous les défenseurs du patrimoine, grand ou ‘’petit’’ des communes de moins de 2.000 habitants que nous relayons bien volontiers.

 

Philippe Huppé, député de l'Hérault défend le patrimoine local (Photo Wikipedia)

Philippe Huppé, député de l’Hérault défend le patrimoine local (Photo Wikipedia)

Voici, dans son intégralité, le courrier adressé aux défenseurs du patrimoine local.
« Chers défenseurs du patrimoine,
Notre patrimoine local est riche de son histoire et de sa diversité. Nos châteaux, nos églises, nos rues et nos places sont une source de fierté pour les héraultais qui lui sont profondément attachés. Il est de notre devoir de préserver ce patrimoine, sans relâche. Pourtant, aujourd’hui en France, un quart des monuments protégés est jugé en mauvais état, parfois même en péril. La moitié de ce patrimoine menacé se trouve dans des communes de moins de 2000 habitants qui, souvent, n’ont pas les ressources suffisantes pour le prendre en charge.

Les petites communes

Le 17 novembre dernier, Madame Françoise Nyssen, Ministre de la Culture, a présenté sa stratégie pluriannuelle en faveur du patrimoine. Cette stratégie, qui s’étend dans la durée, sanctuarise le budget du quinquennat et témoigne d’un engagement fort du gouvernement, notamment sur les questions de l’entretien, de la restauration et de la valorisation du patrimoine local. Avec une hausse de 15 millions d’euros en 2018, le budget dédié à l’entretien et à la restauration du patrimoine augmentera de 5% l’an prochain, pour être porté à 326 millions d’euros.

Les mesures égrenées dans ce plan témoignent d’un engagement du ministère auprès des petites communes qui feront l’objet d’une attention particulière et dont les moyens dédiés à la préservation du patrimoine seront renforcés. Aussi, un fonds de 15 millions d’euros supplémentaire sera mis en place, dès 2018, pour financer la restauration du patrimoine classé dans les petites communes de moins de 2000 habitants.

Saint-Jean-de-Buèges, un riche patrimoine pour moins de 200 habitants (wikipedia)

Saint-Jean-de-Buèges, un riche patrimoine pour moins de 200 habitants (wikipedia)

Un loto du patrimoine

Cependant, sur nos territoires, il est un autre patrimoine, non classé, qui mérite aussi notre attention et notre protection. Ainsi, le ministère de la Culture a lancé l’idée d’un « loto du patrimoine » dont les recettes revenant à l’État seront affectées à un fonds spécifique « Patrimoine en péril » créé au sein de la Fondation du Patrimoine qui servira à la réhabilitation. Parallèlement, le Président de la République a missionné Stéphane Bern, l’animateur de télévision passionné d’histoire, afin de recenser des monuments du patrimoine local en péril mais aussi de mener une réflexion sur le financement de la rénovation du petit patrimoine en péril.
En tant qu’ancien maire d’Adissan, une commune de moins de 1200 habitants, je sais les difficultés que les élus de nos territoires ont à affronter. Bien souvent attachés à leur patrimoine, ils n’ont pas toujours les moyens de financer son entretien. Pourtant, ces empreintes que l’histoire a laissées, recèlent un véritable potentiel pour l’économie des communes. En effet, ce patrimoine est la raison pour laquelle la France est la première destination touristique au monde et cette force d’attraction constitue une économie non délocalisable qui permet de dynamiser les territoires.

Adissan, dans l'Hérault, et son église gothique Saint-Adrien (Photo site de la mairie)

Adissan, dans l’Hérault, et son église gothique Saint-Adrien (Photo site de la mairie)

Ville et Métiers d’art

Passionné par notre région et par l’histoire de ses personnages illustres, notamment du Moyen-Âge, je me suis plongé, depuis une quinzaine d’années, dans l’étude de notre passé commun, de nos légendes, de notre patrimoine matériel comme immatériel. Ces recherches m’ont poussé à publier des monographies, des romans ou autres articles sur l’histoire locale, si foisonnante.

Depuis une dizaine d’années aussi, après avoir été Vice-Président à la Communauté d’Agglomération Hérault-Méditerranée (CAHM), délégué au Tourisme, aux Métiers d’Art et à la rénovation des centres anciens, j’ai mesuré la déliquescence progressive de nos centres urbains. J’ai compris la nécessité, pour un élu comme pour un citoyen attaché à sa commune, de faire vivre son patrimoine mais aussi ses savoir-faire traditionnels qui font partis de son histoire. Enfin, en tant que Président de l’association nationale Ville et Métiers d’Art, je me suis fortement engagé sur le sujet.

Ainsi, pour toutes ces raisons, et plus encore, je tiens à me mobiliser, auprès de vous. Dans un premier temps, il m’apparaît nécessaire de faire un état des lieux, une cartographie des monuments locaux et de procéder à un recensement du patrimoine en danger. Ce patrimoine, ce sont bien sûr les châteaux, les églises et les jardins, mais c’est aussi le patrimoine vernaculaire, ce « petit » patrimoine, si présent dans nos villages : les ponts, les lavoirs, les fontaines ou les chapelles.

Voilà pourquoi je vous propose de me signaler, par le moyen d’une lettre, d’un mail ou encore via la page Facebook « L’Hérault, tout un patrimoine ! », tout ce qui nécessite une intervention, un soutien ou encore qui mériterait d’être davantage connu.
Comptant sur votre engagement, je vous prie de croire, chers défenseurs du patrimoine, en l’assurance de mon profond respect.

Philippe Huppé
*Les intertitres sont de la rédaction.

Lire Aussi