Edition du dimanche 17 décembre 2017

« Kiss and cry », mutin sur glace

La jeune Sarah Bramms, patineuse du Club de Colmar, incarne l'héroïne de ce film.

Le film de Chloé Mahieu et Lila Pinell a été tourné à Colmar.

 « Kiss and cry », c’est cette zone en patinage artistique, où l’on pleure et où l’on s’embrasse, après avoir quitté la glace, en attendant le verdict des jurés. On pleure et on s’embrasse dans « Kiss and cry », un film de Chloé Mahieu et Lila Pinell (sortie le 20 septembre), première fiction du duo qui avait jusqu’alors tourné des documentaires. C’est d’ailleurs en filmant un court-métrage documentaire, « Boucle piqué », à la patinoire de Colmar, que les réalisatrices ont découvert à la fois l’univers du patinage, ses enjeux et sa dureté, et leurs futurs personnages, dont Sarah Bramms, jeune championne du Club alsacien, et Xavier Dias, en entraîneur cruel et sans pitié.

Sarah joue ce qui pourrait être son propre rôle, une môme de 15 ans, poussée sur la glace par sa mère (jouée par la comédienne Dinara Droukarova), et qui commence à en avoir marre des entraînements à répétition, de la stressante compétition, des ambitions supposées, de la pression de tous, alors qu’elle aimerait tant succomber aux tentations de l’adolescence.

Autant l’ouverture du film est légère, avec podium, paillettes, costumes chatoyants, Marseillaise, médailles… autant le retour est brutal dans les vestiaires, où les copines sont aussi des rivales. Chloé Mahieu et Lila Pinell montrent ainsi tout ce que des gamines doivent endurer, tandis que les adultes entretiennent la chimère du sport de haut niveau. Ce sont elles qui chutent sur la glace, se font mal, se relèvent et recommencent, enchaînent les pirouettes et triples sauts, puis retombent encore… Et puis, il y a ce corps qui a du mal à suivre, ce corps qui change, les blessures, les sacrifices, et l’envie très forte de tout laisser tomber, d’aller voir ailleurs.

Visuellement et techniquement, « Kiss and cry » tient beaucoup du documentaire, mais c’est aussi une fiction adolescente, à l’âge des possibles et des erreurs de jeunesse. Chloé Mahieu et Lila Pinell ont saisi les jeunes filles mutines du Club de Colmar dans leur vie de tous les jours, une vie où là aussi, parfois, on pleure et on s’embrasse, par trop-plein d’émotions.

Patrick TARDIT

« Kiss and cry », un film de Chloé Mahieu et Lila Pinell (sortie le 20 septembre).

Lire Aussi