Edition du jeudi 23 novembre 2017

Un MUOStre venu d’Amérique 4/5

Le Cavaliere Berlusconi et le socialiste Romano Prodi ont littéralement vendu Niscemi et la Sicile aux Américains sous couvert de l’OTAN. Niscemi refuse la construction de trois antennes paraboliques géantes de plus de 18 mètres de diamètre et de 149 mètres de hauteur.

MUOS-est-un-réseau-de-satellites

MUOS est un réseau de satellites de télécommunications militaires de la marine américaine

Dans la province de Caltanissetta dans le Centre de la Sicile, Niscemi est un petit bourg perché sur une colline située à quelque 90 km de Catane. Niscemi tire majoritairement ses richesses de la terre : l’artichaut est ici roi et de ce fait un hommage lui est rendu chaque année durant trois jours en mars lors d’une kermesse colorée. Le fameux violetto di Niscemi élève le bourg au rang de capitale officieuse de l’artichaut. Tomates, raisins et l’huile d’olive viennent compléter les principales productions agricoles locales. Le bourg compte deux musées : l’un dédié à la culture paysanne et l’autre à l’histoire naturelle de la faune et de la flore locale. Un parking pour les campings car aventureux, aucune structure d’hébergement touristique et la beauté du chant des cigales en été complètent le tableau bucolique. Sur les pentes où vivent accrochés quelque 28 000 habitants, la  réserve naturelle de Sughereta abrite une faune et une flore riches, classées et protégées au niveau régional, européen et mondial.

Pourtant le 30 mars 2013, toute cette quiétude est bousculée aux cris de : « Non au MUOS, non à la guerre, dehors de nos terres les Américains ! » Ce 30 mars 2013 est en effet le NO MUOS DAY ! Un cortège de 10 000 personnes scande sa détermination et sa colère dans les rues de Niscemi. Majoritairement composé de forces locales et régionales, mais aussi d’Italiens du NO TAV[1] du Val de Susa, de NO WAR et de citoyens engagés venus pour l’occasion, le cortège a montré que la ville de Niscemi, son maire Della Rosa en tête et de nombreux élus des bourgs avoisinants, demeure fortement  mobilisée, concernée et combative.

Mais quel est donc l’objet de cette colère populaire et de cet engagement qui touche toute la société locale tant il est vrai qu’en tête du cortège s’ébrouent les enfants des écoles, suivis à distance des mères de l’association Mamme No MUOS, figures hautement symboliques en Italie et plus encore dans le Sud ?
L’objet de cette colère citoyenne est justement cet acronyme sibyllin MUOS figurant sur toutes les pancartes et nichant dans toutes les bouches. MUOS pour Mobile User Objective System ; cela pour l’appellation d’origine contrôlée et estampillée USA-OTAN. Dans une langue relevant moins du jargon militaro-scientifique, MUOS est un réseau de satellites de télécommunications militaires de la marine américaine regroupant une constellation d’autres satellites en orbite et des antennes de réception, situé à Hawaï, Norfolk, en Australie et en Sicile.

Niscemi contre l’Empire

Grâce à ce réseau fonctionnant en bande UHF (Ultra High Frequency), la couverture totale de la planète est ainsi assurée. Ces satellites communiqueront entre eux selon la norme de troisième génération W-CDMA de téléphonie mobile. Le MUOS permettra d’entrer en contact avec toute unité combattante ou interlocuteur privilégié partout dans le monde où qu’elle se trouve. On pourra espionner les conversations, analyser les voix de potentiels terroristes mais aussi, sans droit aucun international canalisant l’utilisation de MUOS, la vôtre propre, envoyer des images avec des débits supérieurs aux normes en vigueur dans le programme UFO tout droit tiré du programme la guerre des étoiles.

Oui mais voilà dans toute bonne guerre des étoiles qui se respecte, il y a toujours une colonie pour s’opposer à l’Empire et cette colonie, cette épine dans le pied, c’est justement Niscemi !

Niscemi est entrée en guerre contre l’Empire durant l’été 2011 lorsque des jeunes étudiants et citoyens ont pris connaissance des décisions étatiques prises secrètement en 2004 par le Cavaliere Berlusconi et le socialiste Romano Prodi qui ont littéralement vendu Niscemi et la Sicile aux Américains sous couvert de l’OTAN. Niscemi refuse la construction de 3 antennes paraboliques géantes de plus de 18m de diamètre et de 149 m de hauteur. Des antennes qui non seulement balafrent la réserve naturelle mais aussi font d’un périmètre de 20 km autour d’elles un micro-ondes géant. Les antennes qui émettront entre 30 et 31 GHz et les transmetteurs qui auront une fréquence comprise entre 240 et 315 MHz, « sèmeront la mort » selon Antionio Mazzeo (cf. interview CARA di Mineo dans une prochaine édition). C’est-à-dire que les ondes pénétreront la ionosphère et tous les tissus de chaque être vivant défiant MUOS.

tee-shirt-militant-de-siculamenteNiscemi en a assez soupé des americonneries, de l’OTAN et de tous les technocrates de la guerre moderne voulue par l’impérialiste Amérique du Nord. En effet, depuis 1991, elle est déjà malgré elle le centre de transmissions navales américaines avec 41 antennes sur son territoire. Ce devait être initialement Sigonella, la base militaire américaine de Catania à devoir abriter le monstre, mais une étude américaine prévient que les très fortes ondes pourraient faire exploser en vol les engins qui décollent tels les aéronefs sans pilote global Hawk, Predator et Reaper comme ce fut le cas en 1967 à bord du porte-avions Forrestal.

En effet, les radiations émises par le radar de bord fit exploser une bombe embarquée sur un F-14 ; avion de combat. Le résultat ? 134 morts ! Selon les Américains, cela est dangereux pour son personnel militaire mais pas pour les civils italiens qui ne manquent pas de rappeler que le taux de cancer de la peau est plus élevé ici qu’ailleurs, que les maladies de la peau sont nombreuses, migraines et autres gênes ne se comptant même plus. Et là, avec MUOS, c’est un danger potentiel plus important encore qui plane, insidieux, sur les populations et la réserve naturelle tant les ondes électromagnétiques capables dans le futur d’abattre un missile en vol sont élevées. Les professeurs Massimo Corradu, Angelo Levis, Alberto Lombardo et Massimo Zucchetti rendent un second rapport totalement indépendant le 27 mai 2013 en écho à leur premier rapport de 2011. Et les conclusions sont édifiantes : outre le manque de collaboration « naturelle » des forces américaines, la violation de la législation italienne et internationale, il souligne les risques directs pour les populations : néoplasies, leucémies, cancers du cerveau, des testicules et des seins.

 

tee-shirt

Tee-shirt militant de SICULAMENTE  qui reprend les armoiries militaires américaines pour mieux les moquer avec un terrible jeu de mots de la langue sicilienne difficilement traduisible mais qui combine phonétiquement Stuiti (essuie toi le nez, mouche-toi le nez) et Stati Uniti (Etats-Unis) et la métaphore est filée avec jeu de mots sur Muos et Musso (museau, nez, groin). L’idée : tu peux toujours courir ou te moucher le nez américain !

 

Niscemi s’insurge contre le sort qui lui est réservé. Mais pas seulement, car derrière ce projet de guerre des étoiles se cache une redistribution des cartes géo-militaires des plus importantes qui soit. La Sicile va devenir une plate-forme américaine via l’OTAN plus importante qu’elle ne l’est déjà depuis la Seconde Guerre mondiale. Des bases comme Sigonella vont se renforcer et être renforcée par un tout un réseau satellitaire.
Le Moyen-Orient a remplacé l’URSS et ses pays satellitaires dans les peurs occidentales. Le dictateur libyen Khadafi l’avait bien compris lui qui en 1986 avait lancé en représailles deux missiles vers la Sicile ; missiles finis en mer non loin de l’île de Lampedusa. Non seulement la Sicile va se militariser mais elle va aussi donner la mort directement ou indirectement. Directement par l’émission de toutes ses ondes et implantations top secrètes sur les populations locales : exit les 8 espèces d’oiseaux en danger protégées dans la réserve de Sughereta, les phalènes chères aux entomologistes et les 250 autres espèces vivantes. Indirectement, car derrière cette implantation, c’est le commandement des drones qui est en fait réalisé. Des drones chargés de la surveillance mais aussi de donner la mort via MUOS.

MUOS est un MUOStro[2] comme l’ont surnommé ces opposants. Il va espionner le monde entier et le punir lorsqu’il ne sera pas en accord avec la politique américaine. Chaque citoyen sera épié et dûment observé. Les révélations de l’ancien collaborateur de la CIA Edward Snowden en mai 2013 sur le programme d’espionnage Prism[3] l’atteste déjà. Barak Obama qui se voulait un président autre est et demeure un Américain soucieux de garder la main sur le monde. Rien n’y personne ne viendra aider Niscemi. Bien au contraire, le gouvernement socialiste français de François Hollande commande en mai 2013 des drones au gouvernement américain et à ses industries militaires. Il faudra bien les vendre clef en main : c’est-à-dire avec une notice de mode d’emploi non ? Bref de quoi légitimer encore et toujours l’implantation de MUOS. Le parlement européen a plusieurs fois convoqué l’OTAN et les chercheurs de l’HAARP[4] pour des explications sur les projets futurs des programmes militaires en Europe : en vain, personne ne s’est rendu auxdites convocations ! Depuis, les lobbyings s’affairent et la crise des subprimes de 2008 devenue énième crise occupe bien des esprits. Qui alors pour venir en aide à Niscemi ? La Sicile ?

Pot de terre et pot de fer

La Sicile est indépendante ; en théorie. En effet, elle dispose d’un gouvernement autonome et d’un gouverneur édictant des lois régionales en harmonie avec les lois italiennes. L’atypique gouverneur Rosario Crocetta élu fin 2012 a fait révoquer toute poursuite de travaux sur la base en construction dans l’attente d’une étude sanitaire d’envergure. Malgré son ordonnance et comme si de rien n’était : grues et camions poursuivent leur farandole de béton. Pis même, les forces américaines et l’Etat Italien ont attaqué la Sicile pour violation des accords passés. La Sicile paye depuis mai chaque jour des indemnités.
Le rapport de forces est inégal : c’est le sempiternel pot de fer contre le pot de terre. D’un côté : les Etats-Unis d’Amérique, une Italie soumise, – car rappelons-le sa situation est analogue à celle de l’Allemagne, elle est une vaincue du second conflit mondial -, par extension l’OTAN, les politiques véreux et la mafia locale qui vendent du béton et du grillage et de l’autre : une poignée de citoyens dont les vies sont placées sous les ondes et le cancer, le secret militaire et la mort érigée en raison d’Etat, l’espionnage et l’occupation des terres.
Car au-delà des risques de cancer avéré, une des raisons de l’opposition des locaux aux soldats américains c’est qu’ils vivent aussi en autarcie, ne consomment pas sicilien, ne donnent aucun travail aux Siciliens, se comportent en véritables troupes d’occupation. Si nous ne sommes pas à Okinawa, encore que, la résistance devient plus ardente car la jeunesse sicilienne n’a plus rien à perdre. Tous les horizons sont résolument bouchés.

 

no-muos-a-palerme

La population locale se mobilise, se rencontre, échange et donne corps désormais à sa révolte citoyenne. La Sicile tout entière enfante des comités de défense de Niscemi qui eux-mêmes enfantent d’autres comités en Italie : en juin 2013, Vicenza et Torino accueillent des colloques sur le thème : « servitude militaire, paysage et santé publiques » où il est question du MUOS. No MUOS devient un point de ralliement. Les actions sont multiples et si de nombreuses personnes courageuses s’enchaînent aux portes de la base pour empêcher les camions du BTP d’y pénétrer, les actions coordonnées, juridiques et de communication deviennent plus importantes.
Le nouveau ministre de la Défense est sommé de s’expliquer en juin 2013, le TAR[5] de Palerme, toujours en juin, demande une nouvelle étude scientifique sur les dangers de cette implantation (début 18 juin 2013), l’ambassadeur américain est convoqué et doit reconnaître la souveraineté du peuple sicilien
Rien n’est gagné car les travaux se poursuivent dans la plus grande illégalité. Qui l’emportera ? Le conflit est là, à quelques encablures de Taormina, de son luxe, de son calme et de sa volupté… Bien malin qui peut dire aujourd’hui quelle en sera l’issue sachant que depuis les aveux américains d’espionnage à l’été 2013, l’UE est courroucée. Toutefois, rappelons aux Américains que Niscemi fut construite par les Arabo-berbères au IXème siècle… comme un terrible pied de nez…
Fata-Nascim signifie aux pieds de l’orme… à moins qu’aujourd’hui ce ne soit au pied du mur…

Jean-François Patricola

 

[1] NO TAV est un mouvement populaire et contestataire implanté dans la vallée de Suse et qui s’oppose depuis les années 1990 (parfois violemment en une guérilla incessante) au chantier de la ligne TGV Lyon-Turin d’où TAV (Treni a Alta Velocità : train à grande vitesse).
[2] Jeu de mot signifiant monstre de l’italien mostro.
[3] Acronyme pour Planning Tool for Ressource Integration Synchronization and Managament ou Outil de Planification pour l’intégration, la synchronisation et la gestion des Ressources. Prism est un programme de surveillance américain à partir d’Internet.
[4] Acronyme pour High Frequency Active Auroral Research Program. HAARP est un programme de recherche scientifique et militaire sur la ionosphère. Le site officiel ne cache pas que l’objectif est de modifier le climat, de se servir des radiations du soleil pour détruire les communications ennemies, d’observer les obstacles au moyen d’ondes émises à très haute fréquence.
[5] Acronyme pour Tribunal Administratif de Palerme.

Lire Aussi