À l’ère des « fake news », les Américains aimeraient changer le modèle des médias

File 20180717 44091 1nugbq2.jpg?ixlib=rb 1.1
Sur le plateau de Fox News, durant les élections de 2012.
Steve Bott/Wikimedia

Marc Fleurbaey, Princeton University

Dans un récent article, Nick Couldry et Clemencia Rodriguez (Panel international sur le progrès social soutiennent que « l’infrastructure des médias est un bien commun dont la gouvernance et la conception devraient être beaucoup plus ouvertes à la participation démocratique que ce qu’elle est actuellement ».

Dans une enquête Internet réalisée en avril 2017 auprès de 1 041 personnes représentatives de l’âge et de la composition sociale et ethnique de la population adulte aux États-Unis, nous avons exploré la façon dont les personnes perçoivent et utilisent les médias.

Internet domine l’emploi du temps

Commençons par les données de base. La population américaine semble maintenant passer un maximum de temps sur Internet, une tendance portée par les jeunes, les personnes à revenu élevé et les personnes situées politiquement à gauche.

IPSP, Author provided

Que font les Américains sur Internet ? L’usage de l’émail prime suivi par les réseaux sociaux. À noter cependant que les réseaux sociaux font partie des activités qui prennent le moins de temps et sont surtout utilisés par les plus jeunes et personnes orientées à gauche.

Une diversité croissante des sources

Lorsqu’on pose la question des sources de l’information, une configuration frappante apparaît. La télévision domine toujours les réponses quant aux informations quotidiennes, mais la consultation des sites Internet des médias et des réseaux sociaux est devenue beaucoup plus fréquente que celle des journaux papier. Ces derniers ne sont désormais cités que par 37 % des répondants. Les autres sites et blogs restent encore derrière les journaux, mais sont de plus en plus consultés. Et la conversation ordinaire est la source la moins citée aujourd’hui.

IPSP, Author provided

Ceux qui s’identifient comme politiquement progressistes accèdent à toutes sortes de sources d’information alors que ceux qui sont relativement conservateurs ont tendance à se fier davantage à journaux et aux magazines (et ce même en tenant compte des critères liés à l’âge par exemple). Les femmes font une plus grande utilisation de la radio, de la télévision, des journaux et des médias alternatifs que les hommes. Les personnes les plus éduquées comptent moins sur les informations télévisées et, sans surprise, les personnes âgées préfèrent utiliser les médias traditionnels (journaux et la télévision), confirmant ainsi une tendance générationnelle.

Faible confiance, grandes inquiétudes

Compte tenu de la diversité des sources, comment les gens appréhendent-ils le contenu ? On a demandé aux répondants à quel point ils approuvaient certaines phrases sur les médias, de 0 (complètement en désaccord) à 100 (tout à fait d’accord).

IPSP, Author provided

Le score de 50 obtenu sur l’objectivité des informations est inquiétant, car il signifie que les personnes interrogées n’ont pas d’avis tranché quant à l’objectivité des informations présentées. Et ce score ne signifie pas que les gens n’ont pas d’opinion forte, car il y a des niveaux de soutien assez divers au sein de l’échantillon. Les hommes, les conservateurs, les éduqués et les plus religieux sont moins enclins que les autres catégories à croire que les informations sont objectives.

L’enquête révèle par ailleurs un consensus plus fort quant au fait que les informations sont trop négatives.

De même, si l’on veut classer sur une échelle de 0 à 100 leur degré d’inquiétude à propos de problèmes particuliers avec les médias, les personnes interrogées soulignent l’influence des propriétaires de médias avant l’ingérence gouvernementale et le suivi commercial. La question du risque d’une influence étrangère est un problème moins saillant.

IPSP, Author provided

Ces questions concernent moins les conservateurs tandis que les progressistes sont relativement plus préoccupés par la surveillance et usage potentiel de leurs données, et ce alors que notre sondage a été réalisé avant les événements impliquant Facebook et Cambridge Analytica.

Les femmes et les personnes plus fortunées se disent en revanche moins concernées par les discours de prévention et lutte contre la haine et l’extrémisme.

IPSP, Author provided

Un biais libéral ?

Lorsqu’on leur pose une question plus explicite sur les biais des médias dans le traitement de l’actualité, les personnes interrogées partagent nettement plus le point de vue selon lequel le parti pris tend plutôt vers la gauche que vers la droite du spectre politique. Mais d’autres préoccupations importantes sont exprimées à propos des mouvements sociaux, du gouvernement et des intérêts commerciaux. Les religions et les minorités font moins l’objet de préoccupations.

Author provided

Sans surprise, les enquêtés ayant des opinions politiques fortes sont plus susceptibles de trouver un biais allant à l’encontre de leur opinion dans les médias. Les personnes issues des minorités sont moins susceptibles de trouver un biais à gauche, tandis que l’inverse est vrai pour les non-religieux. La classe moyenne, les plus éduqués, les minorités et les non-religieux sont moins préoccupés par un biais pro-gouvernemental. Les femmes et les personnes de gauche s’inquiètent plus que d’autres d’un parti pris favorable aux entreprises. Les riches pensent que les nouvelles sont trop favorables aux manifestants alors que les minorités pensent le contraire. Les personnes âgées sont moins portées à croire que les informations sont irrespectueuses des minorités alors que les progressistes pensent le contraire.

Les médias, un service public

Le « business model » actuel pour les médias dans la plupart des pays, et en particulier aux États-Unis, est l’entreprise privée à but lucratif. C’est un modèle que 80 % des répondants de l’enquête rejettent, et que seulement 13 % approuvent. Étonnamment peut-être, ceux qui sont plus disposés à payer pour les nouvelles incluent les femmes, les jeunes et les personnes de gauche, tandis que les répondants religieux ont des opinions mitigées (les plus religieux étant plus opposés au modèle privé).

IPSP, Author provided

Le modèle d’affaires privé repose beaucoup sur la publicité comme source de financement. Celle-ci est en effet considérée gênante par 59 % des répondants. Les femmes ont déclaré se sentir moins dérangées que les hommes.

IPSP, Author provided

Sur une échelle allant de 0 (pas important du tout) à 100 (très important), les répondants soutiennent fortement un modèle participatif et inclusif pour les médias.

Les personnes de gauche et les personnes plus âgées sont plus favorables à ce que les citoyens aient leur mot à dire dans les décisions sur la gestion des médias, alors que les riches s’opposent à ce point de vue.




Pour en savoir plus :
Les philanthropes au secours du journalisme américain


Ceux qui s’identifient comme religieux ainsi que les personnes âgées sont relativement indifférents à la création de contenu diffusé sur Internet alors que les femmes et les progressistes y sont plus sensibles que la moyenne. Les personnes issues de minorités ethniques, les personnes d’âge moyen et les progressistes soutiennent plus fortement l’idée que les minorités soient représentées dans les médias.

Si les critiques concernant la situation actuelle n’induisent pas de consensus sur une solution future, plusieurs scénarios suggérés dans l’enquête ont reçu l’attention voire le soutien des enquêtés.

Il est ainsi intéressant de voir qu’une hausse du contrôle du privé sur les médias n’est pas perçu comme un scénario probable, de même qu’une hausse du contrôle public (que ce soit par le gouvernement ou par le journalisme participatif).

IPSP, Author provided

Cet article fait partie d’une série de contributions apportées par le Panel international sur le progrès social, partenaire de The Conversation.

The ConversationPariroo Rattan a co-écrit ce post.

Marc Fleurbaey, Professor in Economics and Humanistic Studies, Princeton University

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

The Conversation



Lire Aussi