”Petit paysan” sacré meilleur premier film aux César

Ses acteurs Swann Arlaud et Sara Giraudeau, récompensés. Le César du meilleur acteur dans un second rôle a été attribué à Antoine Reinartz, comédien nancéien, dans “120 battements par minute”.

Un film d'Hubert Charuel
Un film d’Hubert Charuel

La 43ème cérémonie des César qui s’est déroulée ce vendredi 2 mars 2018 à Paris, a récompensé le film « Petit Paysan » qui a reçu le César du meilleur premier film, le César du meilleur acteur a été décerné à Swann Arlaud et le César de la meilleure actrice dans un second rôle a récompensé Sara Giraudeau dans ce film.

Antoine Reinhartz est originaire de Nomeny (54) -Photo : Georges Biard [CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons
Antoine Reinhartz est originaire de Nomeny (54) -Photo : Georges Biard [CC BY-SA 4.0)

 

Le César du meilleur acteur dans un second rôle a été attribué à Antoine Reinartz, comédien nancéien, dans “120 battements par minute”.

 

La région Grand Est est fière qu’Hubert Charuel ait choisi son territoire pour réaliser son film. La Région affirme sa volonté d’accompagner et d’encourager le développement et la promotion de sa filière cinéma-audiovisuelle.

Terre de cinéma

La région soutient la création cinématographique qui représente un secteur d’activités important. En effet, vecteur puissant d’attractivité du territoire, elle génère de l’emploi artistique, technique, valorise les patrimoines naturels et architecturaux, dynamise l’activité culturelle et touristique avec des retombées positives sur l’économie locale.
A cet effet, la Région propose des dispositifs et des fonds dédiés ainsi qu’un soutien technique et logistique d’envergure assuré par les Bureaux d’Accueil des Tournages.
Plus que jamais, le Grand Est s’affiche comme une terre de cinéma.
Hubert Charuel sera sur le stand de la Région Grand Est (Hall 1), ce dimanche 4 mars, au Salon International de l’Agriculture, à Paris.
Le Grand Est comptait 11 nominations aux César cette année :
8 nominations pour le film « Petit Paysan » : pour le César du meilleur film, du meilleur premier film, du meilleur scénario original, du meilleur montage, de la meilleure réalisation, de la meilleure musique originale, du meilleur acteur pour Swann Arlaud, et pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Sara Giraudeau.
– Nomination pour le César du meilleur film de court métrage pour « Marlon ».
– Nomination pour le César du meilleur film d’animation pour « Zombillénium ».
– Nomination pour le César du meilleur espoir Masculin pour Finnegan Oldfield dans « Marvin ou la belle éducation ».

 Rappel des 4 films nominés aux César 2018

« Petit Paysan » : co-écrit avec Claude Le Pape, scénariste, et réalisé par le champenois Hubert Charuel, « Petit Paysan » a été tourné en Champagne-Ardenne. Ce long-métrage produit par Domino film et distribué par Pyramide a déjà été multi-récompensé par 4 distinctions lors de la 10ème édition du Festival du film francophone d’Angoulême en août 2017, (Prix du Valois de diamant, prix du Meilleur Film en Compétition, Prix de la Meilleure Musique de Film, Prix du Meilleur Acteur pour Swann Arlaud, pour son rôle de Pierre).
Synopsis : Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.

Un film réaliste sur le monde paysan d'aujourd'hui
Un film réaliste sur le monde paysan d’aujourd’hui

« Marlon », réalisé par Jessica Palud, tourné également en Champagne-Ardenne avec le soutien de la Région Grand Est et en partenariat avec le CNC, a été triplement récompensé par le jury du Prix UniFrance le 25 mai 2017, à l’occasion du Festival de Cannes.
Au casting de ce drame psychologique, se distingue notamment Flavie Delangle (rôle de Marlon), rémoise, repérée pendant le casting du film à Reims et qui a obtenu le prix d’interprétation au Festival 2017 Le Court en dit long.
Synopsis : Marlon, 14 ans, rend visite à sa mère en prison pour la première fois depuis son incarcération. La jeune fille, protégée par sa famille et son entourage, s’entête malgré tout à croire que sa mère est son héroïne d’enfance…

Zombillium
Zombillium

« Zombillénium », long métrage d’animation, est soutenu par la Région Grand Est, réalisé par Arthur De Pins et Alexis Ducord, inspiré des bandes dessinées éponymes, et produit par Maybe Movies (France) et Belvision (Belgique).

Synopsis : Dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium, les monstres ont le blues. Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité… Jusqu’à l’arrivée d’Hector, un humain, contrôleur des normes de sécurité, déterminé à fermer l’établissement. Francis, le Vampire qui dirige le Parc, n’a pas le choix : il doit le mordre pour préserver leur secret. Muté en drôle de monstre, séparé de sa fille Lucie, et coincé dans le parc, Hector broie du noir… Et s’il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

Marvin iou la belle éducation
Marvin ou la belle éducation

« Marvin ou la belle éducation » réalisé par Anne Fontaine, a été tourné dans les Vosges.
Synopsis : Martin Clément, né Marvin Bijou, a fui. Il a fui son petit village des Vosges. Il a fui sa famille, la tyrannie de son père, la résignation de sa mère. Il a fui l’intolérance et le rejet, les brimades auxquelles l’exposait tout ce qui faisait de lui un garçon « différent ». Envers et contre tout, il s’est quand même trouvé des alliés. D’abord, Madeleine Clément, la principale du collège qui lui a fait découvrir le théâtre, et dont il empruntera le nom pour symbole de son salut. Et puis Abel Pinto, le modèle bienveillant qui l’encouragera à raconter sur scène toute son histoire. Marvin devenu Martin va prendre tous les risques pour créer ce spectacle qui, au-delà du succès, achèvera de le transformer.



Lire Aussi